Même en temps de coronavirus, nos laboratoires sont ouverts. Votre bien-être n’attend pas. En savoir plus sur votre accueil en laboratoire.
Contactez-nous à hello@1food1me.com

Et si le goût était odeur ?

Cette semaine, on a lu et on s’inspire d’un article passionnant du New York Times dont le sujet principal est : les odeurs.
Notre odorat est le premier sens sollicité pendant les minutes suivant notre naissance : c’est qu’il doit être important ! Plusieurs scientifiques s’accordent à dire qu’entre 70% et 95% (selon les sources) de ce que nous considérons comme un goût est en fait une odeur. 
En effet, pour reconnaître la plupart des saveurs, le cerveau a besoin d’informations tant olfactives que gustatives. Sans l’information provenant de nos récepteurs nasaux, notre assiette nous apporte peu de goût. 

Sentir une odeur, comment ça marche ?
Les molécules volatiles que nous reniflons traversent notre voie rétronasale et se coincent au niveau de l’épithélium olfactif, notre “récepteur d’odeurs” situé au fond du nez, qui envoie l’information au cerveau. Celui-ci traite alors cette information : il nous permet de relier certaines odeurs à des souvenirs précis, à des moments de notre vie, et bien souvent, à des plats ou à des aliments. 

Il suffit d’une odeur et on plonge quelque part…

Une brioche au four, une barquette de fraises de saison, un gâteau à la fleur d’oranger : l’odorat peut nous procurer de vives sensations de plaisir. Mais pas que ! Les odeurs sont partie intégrantes de notre vie. Elles sont créatrices de souvenirs et d’émotions, nous rappelant des évènements précis où parfois seule l’odeur est restée : celle des crêpes qui embaumaient la maison en rentrant de l’école, celle boisée et fraîche des pins pendant une marche en forêt, celle fleurie du parfum d’un proche que l’on adorait, celle d’un enfant au réveil. À chacun sa Madeleine de Proust.

L’importance des mauvaises odeurs

Les mauvaises odeurs jouent également un rôle essentiel. Notre nez nous alerte constamment des dangers alentour qui peuvent être hors de notre vue : fumée, produits chimiques, ou encore aliments rassis ou périmés.
Dans ces moments où la vue peut nous faire défaut, l’odeur prend le relais : détecter une mauvaise odeur devient un système d’alerte.

L’odorat, ça se travaille !

Travailler son odorat aurait-il des vertus ? Plusieurs scientifiques se sont intéressés à la question, notamment en réponse à la perte d’odorat causée par le virus de la Covid-19.

Les enjeux de la recherche en la matière sont importants : « Une perte de l’odorat a des répercussions sur la façon dont on se nourrit, sur nos relations sociales et même sur la perception de certains dangers », nous informe l’INSERM dans son article « C’est quoi l’anosmie? ». Une équipe du Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon étudie ces impacts et travaille au développement de protocoles pour quantifier les pertes d’odorat et aider les patients à récupérer leurs sensations. 

Même si les scientifiques s’accordent à dire qu’il n’y a pas de cure miracle à l’anosmie, certains pensent que la répétition quotidienne de l’acte de “sniffer” certaines odeurs pourrait agir comme une forme de thérapie sur un nez privé de sa principale fonction. On parle alors de “Smell Training”. 

Le « Smell Training » est une méthode qui consiste à sentir certaines odeurs facilement reconnaissables, une par une, pendant 20 secondes, en prenant de petites respirations très brèves.
L’exercice se répète tous les jours, pendant plusieurs mois. 
Il invite à se concentrer et à être conscient de ce que l’on fait, pendant un moment de la journée où l’on ne risque pas d’être distrait. Cela peut même devenir une forme de méditation. 

On teste le Smell Training !

Dans nos vies à mille à l’heure, il est rare de se poser un instant et de prendre le temps de sentir. Et pourtant, on apprend que notre odorat se travaille ! Cette semaine, nous vous invitons à un parcours d’odeurs qui applique ces nouvelles découvertes mises en avant par la science.

Suivez-nous sur Instagram à @1food1me_france pour réaliser avec nous un parcours d’odeurs ! On y publiera des aliments à sentir dès aujourd’hui : retrouvez-les en Story et dans le highlight « Odeurs ».

Voici une petite liste d’ingrédients que l’on vous recommande d’acheter pour faire cela avec nous :

A vos courses ! 📋
✔️ Orange ou citron
✔️ Fenouil
✔️ Ail

✔️ Café️
✔️ Gingembre
✔️ Épices : poivre, cumin, curcuma, curry, poivre, clou de girofle, cannelle…
✔️ Herbes : ciboulette, romarin, origan, thym…

1. Je réalise un bilan biologique nutritionnel en laboratoire

Le Bilan de biologie fonctionnel nutritionnel 1Food1Me, ce sont 18 biomarqueurs qui évaluent des déséquilibres, excès ou déficits, nutritionnels. Il renseigne, noir sur blanc, ce dont mon organisme a besoin. 

2. J’évalue mes habitudes alimentaires

Avec le programme 1Food1Me, j’évalue des habitudes alimentaires et des routines répétées chaque jour, façonnées par les traditions, les modes et les croyances, et perfectionnées depuis des années. 

3. Je change pour une alimentation qui me correspond, avec plaisir 

1Food1Me est conçu pour m’aider à activer un parcours de changement alimentaire qui, parce qu’il agit au quotidien et qu’il est fondé sur mes besoins, m’aide à savoir quoi changer, comment changer et à mesurer l’impact de mes changements.

Références de cet article

  • Rapports de l’OMS : https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/44585/9789242594010_fre.pdf;jsessionid=08A4F6A5D516D0BF67C22DBEC10CF91A?sequence=1
  • Santé Publique France, Etude Esteban : https://www.santepubliquefrance.fr/les-actualites/2019/esteban-2014-2016-chapitre-dosages-biologiques-des-vitamines-et-mineraux-pas-de-deficit-important-ou-de-carence-a-grande-echelle
  • Ameli : https://www.ameli.fr/paris/assure/sante/themes/anemie-carence-fer/comprende-anemie-carence-fer
  • Etude de la BEUC : https://www.beuc.eu/publications/beuc-x-2020-042_consumers_and_the_transition_to_sustainable_food.pdf
  • Etude de l’Obsoco :https://lobsoco.com/wp-content/uploads/2021/01/LObSoCo_CITEO_Observatoire-de-la-consommation-responsable_RAPPORT-COMPLET.pdfObosco :
  • American Psychological Association (APA) : https://www.apa.org/news/press/releases/stress/2010/gender-stress.pdf

👉 SUIVEZ-NOUS (en likant et en s’abonnant) sur LinkedIn, Facebook et Instagram pour en apprendre plus sur la nutrition bien-être et santé, et pour être tenu informé de l’actualité sur l’innovation 1Food1Me.

Pour toute question, remarque ou feedback, n’hésitez pas à nous contacter à hello@1food1me.com

Ne passez pas à côté de quelque chose qui vous manque
Réalisez un bilan de biologie nutritionnel
Apprenez à savoir quoi changer et comment changer
Gagnez en force, en énergie, en qualité de vie

L’équipe 1Food1Me.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin